Archives par mot-clé : Touche artistique

Découverte audio du site photographique : Fill-In.fr

L’équipe de ce projet photo s’expose et se confie sur le blog de Focale Alternative. Venez découvrir et écouter ces trois compères investis dans le monde de la photo !

Introduction à cet échange original entre deux partenaires passionnés de photo

Avant la prise de contact effectuée par Baptiste Galea, je ne connaissais pas du tout ce site photographique. Dans les méandres d’Internet, il n’est pas toujours aisé de porter un oeil sur tous les acteurs  intéressants  de la photographie.

Pour ceux qui suivent un peu nos différents sites, vous savez que j’essaie de jouer sur la carte de l’originalité. C’est avec un grand plaisir que l’équipe de Fill-In a bien voulu accepter de se prêter au jeu d’un échange de lien sous la forme d’une découverte audio.

Cet article n’est pas une interview détaillée telle que vous pouvez en rencontrer dans nos magazines mais il a l’avantage de proposer une autre manière de découvrir d’autres acteurs qui désirent échanger des liens avec Focale Alternative.

Présentation du projet et du site Internet par les 3 acteurs principaux

1.  Quelle est la genèse et la naissance du projet Fill-in.fr ?  Comment est né ce projet ambitieux ?

[dewplayer:http://www.focale-alternative.be/blog/podcast/Genese-fill-in.mp3] ou Télécharger le lien

2.  Comment voyez-vous l’avenir de votre projet ?  Comptez-vous évoluer et vous ouvrir à de nouveaux objectifs ?

[dewplayer:http://www.focale-alternative.be/blog/podcast/futur-fill-in.mp3] ou Télécharger le lien

3.  L’un de vos objectifs est de proposer Fill-in.fr en terme de site participatif. Il existe déjà de nombreux sur Internet traitant de la photographie, comment comptez-vous vous démarquer des autres sites fonctionnant sur ce principe ?

[dewplayer:http://www.focale-alternative.be/blog/podcast/participatif-fill-in.mp3] ou Télécharger le lien

4. Vous proposez des articles sous la forme de lecture en ligne. Comptez-vous vous apporter d’autres touches multimédias comme des magazines en ligne ou un contenu audiovisuel ?

[dewplayer:http://www.focale-alternative.be/blog/podcast/magazine-fill-in.mp3] ou Télécharger le lien

5. Comme nous l’avons dit précédemment, Fill-in.fr est un concept élaboré par trois acteurs principalement. Qu’est-ce que vos personnalités apportent d’original dans ce travail collaboratif qu’est Fill-in.fr ?

[dewplayer:http://www.focale-alternative.be/blog/podcast/personne-fill-in.mp3] ou Télécharger le lien

Présentation audio du projet Fill-in

Le site photographique Fill-in.fr est composé d’une série d’acteurs très différents. Il est porté par trois personnes investies : Baptiste Galea, Tania Koller et Jeremy Barré. Chacun apporte sa touche personnelle dans ce projet intéressant.

Né en Janvier 2008, le projet Fill-in part de la genèse d’une envie de partager une passion tournant autour de la photographie. Le public ciblé est vaste et veut toucher de près ou de loin à tous ceux qui s’intéressent au monde de l’image photo. Je vous invite à écouter les liens audios ci-dessus pour découvrir ce site photo de la bouche de ses principaux acteurs.

Préalable aux interventions audios

Cette page est une première pour Focale Alternative en terme d’échange de liens. Voulant jouer la carte de l’originalité, des liens audios vous sont proposés ci-dessous.

Tania Koller et Baptiste Galea résident au Canada. Jeremy Barré est parisien et j’habite en Belgique. Pour relier tout ce beau monde, nous avons utiliser le logiciel de téléphonie web du nom de Skype.

Evidemment, les micros étant très différents, un petit son électronique apparait de temps à autres. Cela ne gêne en rien l’audibilité des interventions de l’équipe de Fill-in.fr

Remerciement

Je remercie l’ingénieur sonore Vassilis Valavanis qui réside à Londres de m’avoir envoyé l’extrait sonore personnalisé que vous entendez au début des 5 séquences.

L’année prochaine : vers les Rencontres d’Arles !

Entre passion, piquant, culturel et visuel, les Rencontres d’Arles se sont forgées avec leur 41ème édition une place incontournable sur la scène de la photographie mondiale.

Plus qu’une approche ou une découverte, c’est un véritable rendez-vous que nous propose chaque année les Rencontres d’Arles .  La majorité des photographes (passionnés, amateurs ou professionnels) ou les personnes sensibles à la force des images font route vers la ville d’Arles. Un pèlerinage annuel qui se confirme avec l’affluence grandissante de cette 41ème édition.

Festival photographique fondé en 1970, les Rencontres d’Arles s’appelaient à leur genèse « les Rencontres International de la Photographie d’Arles« .  Plus que de l’inédit, les Rencontres d’Arles ont eu la vision d’utiliser des lieux incongrus et patrimoniaux pour présenter les nombreuses expositions dans toute la ville.  Ancienne chapelle du XIIe ou friches industrielles du XIXe, la ville et son patrimoine s’ouvrent exclusivement au public lors de ce festival dédié à l’image.

Entre colloques, débats, expositions et formations photographiques, les Rencontres d »Arles semblent devenir le pôle de l’activité photographique européenne.  Cette édition 2010 a proposé 6 promenades thématiques.  Je vous invite à visionner le reportage ci-dessous réalisé par Artnet.fr. sur les Rencontres d’Arles 2010.


LES RENCONTRES D’ARLES 2010

Mesurer l’exposition sans cellule avec un Mamiya C3 (partie 3/3)

Nous expliquerons dans ce dernier article les chiffres allant de -6 à 18 et ce qu’ils représentent comme scène de la vie de tous les jours.

Explication des nombres du contexte photographique

-6 : Nuit, aucune lumière sauf étoiles.

-5 : Nuit, aucune lumière avec petite lune.

-4 : Nuit, aucune lumière avec lune à moitié.

-3 : Nuit, aucune lumière avec pleine lune.

-2 : Même que -3 mais avec de la neige.

-1 : Lumière artificielle ambiante très faible.

0 : Un peu plus que -1.

1 :  Coucher de soleil très tard.

2 : Eclairs ou durant éclipse totale.

3 : Feu d’artifice.

4 : Bougie. Lumières de Noël, building/monument la nuit. Eclairage urbain.

5 : Intérieur de nuit, lumière moyenne. Auditoire. Feu de camps.

6 : Intérieur, lumière claire. Fête foraine.

7 :  Hall de sport. Forêt très dense. Scène de théatre.

8 : Las Vegas la nuit. Etalage de magasin. Intérieur et éclairage fluor.

9 : Paysage 10 mins après coucher soleil. Lampes néons. Lampes spots.

10 : Paysage juste après coucher soleil.

11 : Coucher soleil. Sujet dans l’ombre un jour ensoleillé.

12 :  Sujet dans la demi-ombre ou temps très nuageux.

13 : Temps dégagé mais pas d’ombre.

14 : Sujet au soleil mais pas trop fort.

15 : Sujet en plein soleil.

16 :  Idem que 15 mais avec neige ou sable.

17 -> 18 :  Rarement vu sauf éclairage artificiel extrême.

Venez découvrir  les deux autres articles :

La partie 1 :   » Mesurer l’exposition sans cellule avec un Mamiya C3 (partie 1/3) «  : Introduction et charte d’exposition en image à mettre dans son sac photo.

La partie 2 :   » Mesurer l’exposition sans cellule avec un Mamiya C3 (partie 2/3) «  : Nous analyserons dans cet article, les différents composantes de cette charte.

Mesurer l’exposition sans cellule avec un Mamiya C3 (partie 1/3)

A l’heure où tous les outils électroniques font la majorité du travail, il existait une époque où les choix artistiques se faisaient avec la tête. Comment mesurer approximativement une exposition sans cellule électronique ?

Photo by Kenneth Kwan

Depuis quelques semaines, j’ai fait l’acquisition d’un Mamiya C3 (appareil photo moyen-format).  Cet appareil argentique est entièrement mécanique et ne possède aucun système de mesure d’exposition. Datant des années 60, sa qualité de fabrication laisse présager un appareil de qualité.

De nombreux photographes talentueux ont toujours utilisé des appareils argentiques mécaniques sans pouvoir mesurer l’exposition et pourtant, leurs clichés sont grandioses !  Comment faisaient les photographes dans les années 50 par exemple pour réaliser leurs photos ?

Une question reste tout de même en suspension : comment savoir quelle vitesse utilisée avec quel diaphragme en tenant compte de la mesure Asa du film que j’ai envie d’utiliser ?  Si cette question te semble pertinente, je pense que tu trouveras un commencement de réponse dans cet article.

Une solution parmi d’autres

Je ne suis pas très fort – et soyons honnête, je n’en touche pas une ! – en « mathématique photographique ».  La première solution serait de m’acheter une cellule d’exposition à main.  Il en existe énormément sur le marché et cela faciliterait mes prises de vue avec le Mamiya.  Si ce choix vous paraît une évidence, vous pouvez arrêter votre lecture et vous remercie de votre visite.

Pour les plus curieux, j’utilise une charte d’approximation pour évaluer l‘exposition de la scène.  Cette charte est dans mon sac photo et me sert de repère lorsque j’utilise le Mamiya C3.  Au premier abord, celle-ci peut sembler rébarbative et compliquée.  Sachez qu’il n’en est rien et sa facilité d’utilisation n’est pas à refaire !

Voici à quoi ressemble cette charte :

Venez découvrir  les deux autres articles :

La partie 2 :   » Mesurer l’exposition sans cellule avec un Mamiya C3 (partie 2/3) «  : Nous analyserons dans cet article, les différents composantes de cette charte.

La partie 3 :   » Mesurer l’exposition sans cellule avec un Mamiya C3 (partie 3/3) «  : Dernier article qui explique ce que représente les chiffres de – 6 à 18 sur la charte.

Quand deux jeunes cinéastes belges font face au mauvais goût de Prodigy

« Run with The Wolves » made in Belgium est la vision carolorégienne et bruxelloise réunie sous le pseudonyme de CharlyXL avec l’ancienne cokerie d’Anderlues comme toile de fond.  Tout un programme !

Prodigy est un groupe de musique électronique britannique formé par Liam Howlett en 1990.  Connu pour son originalité en terme musical et visuel, les mélomanes se souviendront des riffs de No Good (1994), Voodoo People (1994), Firestater (1996) et des claques visuelles apportées par Poison (1995), Breathe (1996) ou Smack My Bitch up (1997) pour ne citer qu’eux.

Pour leur dernier single « Run With The Wolves« , le groupe a lancé un concours international pour la réalisation du clip.  Loin de moi un chauvinisme de mauvais goût mais nos petits bruxellois ont vraiment déchiré tant l’impact visuel est d’une dynamique sans nom !  Ils surpassent de loin le gagnant pathétique qui n’a rien apporté de neuf à la vidéo d’animation alternative.

L’histoire du clip fait clairement référence à une sorte de chaperon rouge alternative et d’une sensualité urbaine.  Une boîte de pandore fera office de fil conducteur avec comme toile de fond la cokerie d’Anderlues et son terril.  Je ne dévoilerai pas plus cette vidéo underground mais Julien Mus, Gilles et Julien Frankignoul sont revenus à la genèse de la grande époque de Prodigy.  Bien joué les gars !

Face à la déception des fans, Prodigy est revenu sur sa décision en élisant un trio de tête dont nos amis bruxellois font clairement partie.  Focale Alternative ne se tracasse nullement pour eux car au vu de leur talent, ils exploseront nos télévisions de leur griffe artistique.  Bref, nous sommes clairement des fans et vous ?