Archives de catégorie : Argentique

Le filtrage d’une cartouche Polaroid et Fuji Instax: des possibilités infinies #DIY

La photographie instantanée favorise les expérimentations. Filtrer un pack Polaroid ou Fuji Instax est très simple et offre des configurations étonnantes.

Le filtrage d’un pack de films est simple à réaliser. Cela demande un peu de préparation en amont. Cette technique fonctionne avec Polaroid Originals et Fuji Instax.

Le médium Polaroid a été le berceau de nombreuses manipulations. Les expérimentations seront encouragées. Dès les années 70, de nombreux photographes vont s’affranchir de l’héritage photographique noir et blanc de Ansel Adams (qui sera ambassadeur de l’invention du procédé Polaroid dès son origine).

Le principe du filtrage et celui du masquage sont basés sur un principe très simple : contrôler sélectivement la lumière qui frappera le Polaroid. Les possibilités sont donc infinies. Il existe de très nombreuses opérations simples comme la coloration de certaines parties, assombrir ou éclaircir, créer des formes ou filtrer directement le pack en entier (c’est ce que l’on va faire dans ce billet). Tout ceci est une infime partie des possibilités qu’offre la photographie instantanée.

La technique du filtrage fonctionne avec des pack Polaroid et Fuji Instax.

Filtrer un pack en entier

Avant d’entrer pleinement dans le sujet, je résumerai le procédé en deux phrases. : « J’ai fabriqué un filtre  en dessinant sur un support transparent que j’ai fixé directement sur la cartouche. Cela aura pour effet de filtrer toute la série de films. »

POINT 1 : Découper un gabarit qui aura les mesures nécessaires pour être fixer sur le pack de films.

Pour les mesures du gabarit, j‘ai utilisé un filtre ND commercialisé par la firme Polaroid Originals.

Pour la construction du gabarit, j’ai contourné le filtre Polaroid ND proposé par la firme Polaroid Originals. Evidemment, vous pouvez vous-mêmes prendre les mesures sur le pack directement.
Après de multiples essais, la meilleure manière est de contourner le gabarit sur un carton puis utiliser ce carton sur le plastique.

Je conseille d’utiliser un plastique rigide mais pas trop épais sinon cela risque de compresser les Polaroid et d’empêcher leur éjection.

Mise en lien du filtre ND, du gabarit en carton et du filtre découpé dans du plastique rigide.

Je propose de télécharger le modèle du gabarit que j’ai utilisé pour réaliser le filtre. Ne pas hésiter également à prendre les mesures directement sur votre pack et construire votre propre gabarit.

Vous pouvez utiliser un plastique coloré (ou utiliser un lavis) pour donner une coloration à la photographie.

POINT 2 : Réaliser un tracé au marqueur

J’ai dessiné des triangles sur le plastique que j’avais découpé.
Mise en relation du plastique et de la cartouche.

Dans cette phase, j’ai dû placer plusieurs fois le plastique et le redécouper à certains endroits. Il était un peu grand. Il faut donc ne pas hésiter à découper votre filtre pour qu’il puisse se placer sur la cartouche de manière optimale.

Evidemment, le gabarit peut être rectangulaire et se coller directement avec du ruban adhésif sur le haut de la cartouche.

POINT 3 : Je place mon filtre

Le filtre est placé sans adhésif car j’ai utilisé un gabarit de filtre ND. Si j’avais découpé un rectangle, je l’aurais collé avec de l’adhésif. Attention à l’épaisseur pour ne pas coincer l’appareil.
Analyse de certains exemples
La transparence a bien fonctionné. Par contre, sur cette photographie, nous n’avions pas pris en compte l’agencement spatial des triangles. J’ai donc un triangle sur la figure !
La transparence a bien fonctionné. Par contre, sur cette photographie, nous n’avions pas pris en compte l’agencement spatial des triangles. Le modèle a donc un triangle sur la figure !
L’agencement spatial des triangles fonctionne assez bien avec un paysage.
Un effet surprenant. L’arrière plan est chargé et empêche une certaine lisibilité. A vous de voir et de tester selon ce que vous recherchez bien évidemment.
Cette photographie est la première que j’ai réalisée. Je n’avais pas pris en compte l’agencement des triangles et le hasard a bien fait les choses. Le visage n’est pas caché par un triangle.
La dernière photographie que j’ai réalisée. En prenant la photographie avec mon Polaroid 660, j’ai décalé un peu mon viseur sur la gauche car je savais que si je centrais mon modèle, il y aurait eu une superposition visage-dessin. Ici j’ai évité cet effet désagréable en utilisant ma tête avant de déclencher.

Pour aller plus loin
  • J’ai eu l’idée de construire un filtre après ma lecture de l’ouvrage « Le grand livre du Polaroid » de Rhiannon Adam, Ed. Eyrolles

Construire un outil en papier autour de la règle f/16

La technicité de la photographie est un frein lorsque l’on s’enferme dans une pratique où le lien « matériel-règles » est omniprésent. La règle du f/16 est la fondation qui soutient des démarches. Pas l’inverse.

L’outil pédagogique en papier. Simple et précis.

Avant de commencer, il est important de souligner deux aspects au niveau de ce billet :

  • La petite réglette en papier est un outil pédagogique. Avec le temps vous vous en détacherez doucement. Ne pas être esclave de l’outil est primordial. Faire fonctionner sa tête est plus important.
  • Argentique / numérique : cela importe peu (ce ne sont que des outils au service d’une démarche).
  • Je pars du postulat que vous avez une connaissance de cette règle du  f/16. Nous n’entrerons donc pas dans une explication détaillée   de la théorie. Il existe de nombreux sites qui font cela mieux que moi (voir les liens à la fin de l’article).
  • Disclamer (voir la fin de l’article).

–> Télécharger la réglette en français 

Introduction

L’outil est construit à partir de la fameuse « sunny f16 rule« . Pour illustrer les quelques exemples, nous partirons du principe que je travaille avec une pellicule de 100 iso. Dans des conditions idéales, la règle (qui sera notre base de travail) stipule :

« A 100 iso, pendant une journée ensoleillée, j’opte pour une vitesse de 1/100 avec une ouverture de f16. »

Bon, on va tout de suite éliminer certaines questions trop centrées sur des détails liés à du matériel. Quand on travaille avec certains appareils argentiques, la vitesse de 1/100 n’est pas proposée. Ce n’est pas bien grave, je prends la vitesse la plus proche qui est de 1/125. L’effet sur une pellicule n’est pas grave car elle peut encaisser de grosses différences sans sourciller. Imaginez la différence entre 1/100 et 1/125 –> c’est peanuts !

Maintenant que cela est dit, on peut enfin commencer.

La réglette et son fonctionnement

La réglette permet de donner en fonction de l’évaluation du temps et de votre pellicule les différents couples vitesse-ouverture du diaphragme. Cela est assez pratique et pédagogique dans une pratique quotidienne.

Je vais illustrer la réglette avec un exemple en partant de la règle f16 avec une pellicule de 100 iso et la journée est ensoleillée.  Que nous dit la réglette ?

EXEMPLE 1

Il est d’abord important en fonction de vos observations du temps de placer 100 iso sur EV15 qui signifie « Plein soleil (règle du f/16) –> flèche verte. On regarde en bas les couples « ouverture-vitesse d’obturation ». Dans cette configuration, c’est le couple f/16 + 1/125 en vitesse qui est donné.

Sur cette illustration, la réglette est en anglais (voir site de l’auteur plus bas). Un pdf avec la mise à jour en français est disponible dans les liens ci-dessous également.

Dans une observation plus poussée, on remarque la réglette propose d’autres couples équivalents. Ceux-ci sont proposés en fonction des choix que vous poserez en terme de vitesse ou de profondeur de champs. Quels sont ces couples ?

  1. F/22 + 1/60
  2. F/16 + 1/125
  3. F/8 + 1/500
  4. F/5.6 + 1/1000

Tous ces couples sont donc bons en terme de lumière.

EXEMPLE 2 

Nous sommes toujours avec notre pellicule de 100 iso. Par contre, en observant le temps, nous voyons qu’il fait lumineux mais le ciel est couvert par des nuages. La lumière est diffuse et le sujet ne provoque pas d’ombre nettement visible.

Après observation de ma lumière, je prends ma réglette et je place mes 100 iso sur EV 13 « Sujet dans une lumière diffuse ». Que me dit l’outil F/16 ?

L’observation du temps avec notre pellicule de 100 iso est que les sujets sont dans une lumière diffuse. Cela signifie que le ciel est rempli d’un tapis de nuage dont les ombres sont à peine visible.

Différents couples vitesse d’obturation et ouverture sont proposés en bas.

  1. F/22 + 15
  2. F/16 + 30
  3. F/11 + 60
  4. F/8 + 125
  5. F/5.6 + 250
  6. F/4 + 500
  7. F/2.8 + 1000

Vous choisirez en fonction de ce que vous recherchez soit en profondeur de champs soit en vitesse. Vous restez donc maître de ce que vous voulez en fonction de votre démarche photographique.

UTILISATION 3

En continuant d’observer l’image de l’exemple 2, la réglette peut également être utilisée en fonction d’un couple vitesse-ouverture de votre choix avec une certaine pellicule.

Pour EV13 le couple est de f/4 + 1/500 mais si vous désirez garder ce couple pour EV11 (votre sujet est dans la pénombre), la réglette vous dit que vous êtes obligés d’avoir une pellicule de 400 iso (ou de régler votre appareil numérique sur 400 iso).

Conclusion

Cette réglette est entrée dans ma pratique quotidienne depuis longtemps et c’est un outil fantastique ! Gratuit, écologique et pédagogique, cet outil m’a permis de réfléchir pleinement à la lumière lorsque je photographie.

Je terminerai par insister que seule la démarche photographique est la priorité. La réflexion est primordiale. Le photographe doit rester le maître de son matériel et pas l’inverse.


 Disclaimer : l’outil proposé n’est pas une invention de ma part. Il provient d’un auteur inconnu dont le site est en anglais. J’ai essayé maintes fois de le contacter pour obtenir son autorisation de traduction mais je n’ai à l’heure actuelle reçu aucune réponse de sa part. Etant donné que cette réglette est très pratique, je me permets de la partager et d’en donner une explication française détaillée.


LIENS pour aller plus loin

Le Tireur photo, Sculpteur de Lumière

La retouche, tout comme le développement sont intimement liés à la photographie et existent depuis que la photo existe, en argentique ou en numérique

Eclaircir (une zone) et/ou Assombrir (une zone) n’est pas un outil Photoshop ni une « technique de retouche » Photoshop. Le Dodge & Burn existe depuis la naissance de la photographie, il y presque 200 ans. Photoshop et Lightroom ne font qu’imiter ces techniques ancestrales.

Je vous propose de regarder cette vidéo de l’interview du « Tireur filtreur »Thomas Consani. Dans son laboratoire, le tireur photo, homme de l’ombre, est aussi «sculpteur de lumière».


Le Tireur Photo, Sculpteur de Lumière par lesalondelaphoto

Pour aller plus loin :

Dix minutes dans un labo photo argentique en vidéo commentée

Dix minutes dans un labo photo argentique from RichardBellia

Tirage à l’agrandisseur d’après un négatif panoramique d’une photo en grand format. Séquence complète de développement commentée. Tirage : Pilou, Labo Lynx Lyon, Images et commentaires : Richard Bellia.

Chambre noire permanente dans une armoire (pour amateurs)

Disposer d’une chambre noire permanente facilite le travail et permet un gain de temps considérable. Si vous ne disposez que d’un petit placard, tentez d’exploiter au maximum l’espace.

Dans un placard, vous ne disposerez bien entendu pas d’eau courante, mais cela a peu d’importance si un évier se trouve à proximité, dans lequel vous pouvez laver négatifs et tirages. Le placard doit par contre disposer d’une alimentation électrique. S’il n’y a pas de prise dans le placard, installez-en une ou deux : c’est simple et peu coûteux. Il est souhaitable de disposer d’une prise au plafond pour l’éclairage normal et d’une prise double sur la mur pour la lumière de sécurité et l’agrandisseur ou la tireuse. Faites appel à un électricien agréé pour contrôler les câbles et vérifier leur conformité aux normes en vigueur.

chambre noire photo amateur dans une armoire
Etagères pour chambre noire dans un placard

La photographie ci-dessus illustre la disposition d’étagères transformant un placard de 0,9 x 1,2 m (3 x 4 pieds) en chambre noire permettant de développer des films et de tirer des planches contacts et des agrandissements jusqu’à 25,4 x 30,5 cm (10 x 12 pouces). L’étagère de 30 cm, fixée à environ 1 mètre du sol, reçoit les bacs de développement, de bain de fixage et de fixateur. L’étagère de 40 cm, à la même hauteur, est destinée à l’agrandisseur ou à la tireuse.

Une armoire sur le mur dans le coin (en haut à droite sur le dessin), au-dessus de l’étagère de traitement, permet un stockage sûr et pratique du papier noir et blanc. (Le papier couleur doit être stocké dans un endroit réfrigéré. Consultez la notice concernant l’emballage et le stockage.) Une étagère d’environ 23 cm, fixée sur le mur à 60 cm environ au-dessus des bacs de traitement, permet de disposer le minuteur et autres accessoires. Cette étagère ne doit pas dépasser de plus de 38 cm l’extrémité de l’étagère des bacs, pour ne pas masquer l’éclairage de sécurité au-dessus du bac de développement. Montez une lampe de sécurité, KODAK 2-Way Safelamp ou équivalent, sur le mur ou le plafond à une distance d’au moins 1,2 m des bacs de traitement. Vous pouvez ranger les bidons de produits de développement sur le sol sous l’étagère des bacs.

Cet article a été repris d’un vieux site Kodak. Vous pouvez le retrouver ici. (Ayant peur qu’il disparaisse, je l’ai copié sur mon site pour permettre une certaine pérennité car son contenu est intéressant).

Lien pour aller plus loin : Comment faire un tirage noir et blanc selon Ilford ?

Planches-contacts de l’agence Magnum / Elliot Erwitt, Martin Parr, Eve Arnold,…

Chihuahua, New York City, 1946. © Elliot Erwitt / Magnum Photos

 

James Dean, New York City, 1955 © Dennis Stock / Magnum Photos

 

The Last Resort, 1985 © Martin Parr / Magnum Photos

 

Sophia Loren © David Seymour / Magnum Photos

 

For every iconic photograph, there is a story, and for every story that predated the rise of the digital camera, there’s a contact sheet. As part of its first ever Magnum Seasonal Benefit, the team behind the legendary cooperative has culled the archives for contact sheets made during some of the most influential shoots in photographic history, with half of all profits going to the International Committee of the Red Cross (ICRC).

Source : Get Lost in the Contact Sheets of Magnum Photographers Elliot Erwitt, Martin Parr, Eve Arnold and More – Feature Shoot

Clark Gable, Marilyn Monroe and Montgomery Clift practice a scene during the filming of ‘The Misfits’ Nevada, USA, 1960. © Eve Arnold / Magnum Photos
The Beatles in the Abbey Road Studios, where many of their most famous records were made,examining the script of the film ‘A Hard Days Night’. London. 1964. © David Hurn / Magnum Photos

Développer HP5+ et Agfa apx 100 simultanément avec Ilfosol

Il arrive quelques fois que l’on dispose d’un panel disparate de pellicules non développées dans ses tiroirs. C’est ce que je me suis dit en voyant les Hp5+ et les Agfa Apx 100 qui traînaient sous mes yeux.

J’avais donc une cuve Paterson pour le développement de cinq films 135 ou trois films 120.

Pour je ne sais quelle raison, j’ai longtemps cru que je ne pouvais pas développer des films différents. En consultant les tableaux de développement des fabricants en fonction du révélateur dont je disposais, je me suis mis à la recherche d’un temps presque similaire pour les développer ensemble.

→Hp5+ & Agfa Apx 100

→Révélateur Ilfosol 3 en 1 +9

→ Température : 24°

→ Temps : 5 minutes et 15 secondes