Cinéma et photographie : même combat

Je vous invite à consulter les archives du site : « Jean Charpentier » autour de l’image dans le cinéma. Entre analyses et liens, vous y trouverez de nombreuses pépites autour de la photographie. De nombreuses heures de visualisation en perspective !

Exemple d’analyse autour de l’image que vous pourrez y trouver. Ici, c’est le film « Le conformiste » qui est mis à l’honneur.

le-conformiste-13

 » Gros plan très délicatement éclairé de Stefania Sandrelli, avec un effet soleil venant de la droite, assez diffus, ne créant que peu d’ombres. Cet effet et coupé sur le regard par le rabat du chapeau, et Storaro utilise un débouchage assez important à droite pour rehausser le niveau et révéler le regard de l’actrice, cette source créant conjointement un point lumineux dans l’œil qui anime le regard. Cette construction créé un joli dégradé de lumière sur le visage, et le met en valeur en le projetant en devant du fond, éclairé de la même manière. Storaro n’utilise pas de contre-jour ici, la teinte et la texture du décor suffisent à concentrer l’attention sur la comédienne. « 

Life 2 / Le bain d’arrêt : changement d’habitude

Aujourd’hui, je vais changer mes habitudes lorsque je développe une pellicule. Comme d’habitude, je passerai par les différentes étapes de développement déjà citées sur ce site mais, pour la première fois, je vais utiliser un bain d’arrêt entre le révélateur et le fixateur.

Continue la lecture

Le révélateur Ilford ID-11

Il existe sur le marché de nombreux révélateurs en poudre et liquide. L’ID-11 de Ilford fait partie de la première catégorie. Philippe Bachelier stipule que l’on classe les révélateurs autour de quatre critères qui vont conditionner la qualité de l’image : le grain, l’acutance, l’effet compensateur et l’exploitation de la sensibilité.

Continue la lecture

Film de haute sensibilité et gradation au tirage

« … Le film de haute sensibilité possède une plus grande gamme de gris qu’un film moins sensible… Qui dit gris sur le film signifie gris sur le papier. Pour remédier à cette grisaille, on tire la photo avec une gradation plus dure.

Or, tout ceux qui font du labo savent qu’utiliser une gradation dure (filtre 3.5 à 5) fait apparaître la moindre poussière sur la photo. C’est le défaut d’une qualité : Le contraste fait aussi apparaître les détails, mais aussi les imperfections… »

Référence :  Danny Dulieu

La chasse aux compromis en noir et blanc

« … Une légende raconte qu’un ingénieur de Kodak découvrit que dans les déchets des émulsions, des parties avec des gros grains d’argent étaient plus sensibles.
La photo argentique a pour base les grains d’argent. Là où légende est vraie, c’est que plus le grain est gros, plus il est sensible… et visible, logique imparable… »

Référence :  Danny Dulieu

Réflexions, démarches et partages photographiques