Manifeste  » From Here On ?  » ou la nouvelle culture photo ? : partie 4

L’expansion que prend Internet dans notre réseau créatif est indéniable. Télécharger, copier, coller, scanner et ensuite imprimer sont devenus des actions simples faisant partie de la vie de tous les jours. Dans un autre registre que la photographie, l’exemple est tel que dans l’industrie du téléphone, le smartphone de la compagnie Windows est critiqué car il n’intègre pas l’aspect copier/coller. Pour vous dire, oh combien, ces habitudes informatiques sont devenues des mécanismes de vie.

Thomas Mailaender / Manifeste « From here on » / Arles

Les Rencontres Photographiques d’Arles 2011 ont mis l’accent cette année sur ces aspects où même la notion d’appartenance d’une image n’existe plus, où copier/coller/prendre sans demander pour recréer est devenu monnaie courante,… C’est dans ce bain bouillant de millions d’images qu’est né le Manifeste : « From Here On » (A partir de maintenant).

Manifeste d’un concept

Manifeste « From here On » / Arles 2011

5 commissaires d’exposition, 36 photographes à qui ce concept donne le nom pompeux d’Acteurs de la seconde révolution numérique. C’est en ces termes que m’attendait  l’exposition à l’atelier mécanique expo n°20 aux Rencontres Photographiques d’Arles.

La genèse de ce travail part du constat que l’extrême échange qui s’est établi au fil du temps entre l’art et la culture populaire. La réappropriation d’objet comme le Dada, Pop Art ont éprouvé le principe même de la réappropriation d’un objet pour le transformer en autre chose. Le pas semble donc facile à réaliser : Est-ce que la réappropriation d’une photographie pour la transformer en autre création fait-elle partie d’un acte artistique ?

La question tournant autour de la photographie reste le droit d’auteur. Ce Manifeste met l’accent sur les dérive de la réappropriation et le culte omniprésent des images à portée de main. Dans un monde où le pouvoir virtuel de la mise en ligne de nos images est fort, comment garder les droits sur une photographie qui n’est plus un objet réel mais bien un ensemble de pixel complètement virtuel et ouvert à tout le monde ?

« From Here On » veut mettre l’accent la révolution d’Internet au même titre que l’essor des procédés d’impression photomécaniques dans les années 1910-1920 qui a favorisé l’apparition du photomontage.

Deux facteurs semblent renforcer le terme d’appropriation digitale :

  1. L’hyperaccessibilité aux images des autres qui sont pour nous de véritables inconnus.
  2. La banalisation de l’appropriation des images via « Enregistrer sous… », Google Images, le « télécharger » de facebook ou des réseaux sociaux par exemple. Pour aller plus loin, même Google Earth ou Google Maps se sont vus utilisés comme nouvelles ressources artistiques.

Ces deux points précédents offrent une dévalorisation pour l’auteur mais propose un nouveau terreau construit autour de :

  1. L’appropriation d’images qu’offre Internet très facilement
  2. L’édition
  3. La transformation, le déplacement, l’ajout,…
  4. La réinterprétation des images d’origine.

« Et si on suicidait nous-mêmes les auteurs ? Quelqu’un a-t-il une corde ? »

L’exposition met en avant un point essentiel qui est celui de la valorisation des amateurs tout en faisant dépérir l’image du véritable auteur. Cette conclusion qui est banale finalement touche de plus en plus des secteurs très divers comme le photojournalisme par exemple (pourquoi envoyer des photographes alors que nous pouvons avoir des images d’une catastrophe en directe grâce au téléphone portable ?).

Je trouve que le Manifeste met en avant un point qui me semble essentiel et dans lequel je me sens concerné. Le sens profond des « artistes » montrés à cette exposition n’est plus de montrer comme des héros les professionnels qui ont un savoir-faire mais bien la mise en avant des passionnés qui pratique leur passion avec force.

Je trouve que le paragraphe précédent est vraiment fort dans sa maturation philosophique. Il suffit de regarder un peu tous les photographes que l’on retrouve sur le web, ceux qui ont un compte « pro »sur Flickr, les artistes qui ne se seraient peut-être pas lancés dans une activité secondaire photographique si le numérique n’existait pas. Il suffit de voir les magazines de qualité en ligne ou les podcasts qui supplantent les radios Fm par exemple.

Cela est d’autant plus véridique quand on voit des photographies papier d’artistes confirmés qui battent des records lors d’enchères et que les photographes utilisant le web ne sont même pas pris en compte par la pseudo-élite des arts de l’image. Le fossé se creuse dans les arts entre ceux qui sont confirmés et font partie de la sphère de l’élite et tous les autres.

Aram Bartholl / Map, Good Time Public Art Festival, Taipei, Taiwan, 2010

Quelques exemples que l’on trouve à l’exposition

  • Aram Bartholl : Il met en scène dans la réalité le principe d’onglet que l’on retrouve sur Google Maps et Earth.
  • Nancy Bean : Elle a mis une caméra au cou de son chat et prend des photographies ou des petites séquences filmées. Série : « Cat Cam ».
  • Martin Crawl : Série mettant en scène un légo dans des anciennes photographies en arrière plan.
  • Cum* : Série vidéo qui met en scène des filles qui dansent dans leur salon. « Girls / Room / Dance ».
  • Constant Dullaart : Performance vidéo où l’auteur se filme avec une pancarte ovale où il est inscrit DVD. Il veut reproduire l’économiseur d’écran d’un dvd.
  • ect…

Sous une autre vision de « From Here On »

Après un grand tapage autour de ce manifeste qui se veut révolutionnaire mettant au coeur de la créativité des images réutilisées sur le net sur le net par des artistes, je ne peux que dire une chose : mais qu’est-ce que c’est que cette bêtise ? Même si un aspect existe, pourquoi encenser l’art du copier/coller de Google Images ?

Alors, j’arrête tout de suite, ceux qui me montreront du doigt en philosophant sur l’art (« Peut-on dire qu’un concept artistique est bon, beau ou laid ? » par exemple) ou en me disant que je fais un procès d’intention injustifié, je leur répondrai : « From Here On« , c’est une masturbation conceptuelle comme on en retrouve autour des film de « grands auteurs » lors du festival de Cannes. « Quel chef d’oeuvre ! », « Quel génie ! », « Quelle vision futuriste d’un art en devenir ! »…

Je simplifierai ce Manifeste en une phrase. « From Here On« , c’est un acte artistique où l’artiste va sur Google images, prend l’image, la retravaille avec d’autres images ou la fait entrer dans un concept grossier mais pensé au préalable. Le Manifeste dit ceci :

Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’un oeil, un cerveau, un appareil photo, un téléphone, un ordinateur, un scanner, un point de vie.

Je trouve cette exposition clairement fainéante face à de nombreux photographes inconnus plein de talent. Les commissaires ne sont pas nés de la dernière pluie et ils s’attendaient à ce que leur bébé soit mal perçu. Tout est marqué dans le Manifeste même un soupçon de défense face à la critique.

Nous créons plus que jamais, parce que nos ressources sont illimitées et nos possibilités infinies.

Autre analyse de « From Here On »

Je pourrais continuer ma réflexion mais je vous invite à lire de manière minutieuse un blog que j’affectionne particulièrement et qui propose une véritable réflexion autour de cette exposition qui pour ma part est plus que mitigée… : Le blog Littérature 2.0

De Gunthert / Salle d’exposition / Arles

Les différentes parties proposées dans ce dossier sur « Les Rencontres d’Arles 2011 »

************

7 réflexions sur « Manifeste  » From Here On ?  » ou la nouvelle culture photo ? : partie 4 »

  1. Un peu gonflé de faire de grandes tirades sur la « fainéantise » du copier/coller et de piquer une de mes photos sans rien demander pour illustrer ton billet… 😉

  2. À lire le bloc de note de Jean Christophe bréchet dans le réponse photo d’aout… Mais il est clair que cette expo ne laisse pas indifférente….. Pour ma part je regrette que des photographes comme Christophe Agou n’aient pas eu de lieu d’expo, surtout quand j’etait devant le mur de pénis pris sur le net. C’est ça la force du concept, faire réfléchir sur les frontières actuelles de la photographie. Une spéciale dedicasse aussi aux pauvres poules en train de sécher dans l’expo…

  3. @Gunther : Tu as très bien fait de réagir. C’est le soucis de travailler à plusieurs sur un même article je dirais. Signale ta photographie et cela sera corrigée. Pour ce qui est du texte, cela est de ma propre patte et je pense que parler de grandes tirades est réducteur sur le contenu mais c’est de bonne guerre. Cela sera rectifié si tu te me précises ta photographie.

    Cordialement

    Philippe

  4. @Kris Oui tu as entièrement raison en connaissance de cause quand tu vois la force d’Agou que tu m’as fait découvrir. Il sera dans le FA Mag de septembre et je compte mettre en valeur son travail très personnel 🙂

  5. @Gunther : petite rectification : l’auteur a été précisé et un lien a été mis vers ton Flickr dès le début. Il n’ y a donc pas de rectification finalement après relecture. Si tu désires que ta photographie soit retirée, il n’y a aucun soucis.
    Maintenant, il y a le sens de la demande envers un cliché. Je te l’accorde mais me faire une sorte de tirade procédurale alors que j’ai mentionné l’auteur ainsi qu’un lien a bien été mis du cliché vers le site de l’auteur… Je trouve cela un peu poussé au final sachant que de nombreux sites auraient mis ta photographie sans te le demander et sans mentionner l’auteur.
    Je suis quelqu’un de juste et tu restes propriétaire de ton image maintenant, tu dois avouer que je suis resté réglo envers ton cliché en ce qui concerne l’auteur, en envoyant mes lecteurs vers ton flickr et que ta remarque me semble injustifiée telle qu’elle est formulée.

    Bien à toi,

    Philippe

Laisser un commentaire